Le site de l'ouvrier de l'arsenal de brest

Aller au contenu

Menu principal

TURBOMECA 05 2011

Amiante et anxiété


Amiante : des ex-salariés de Turboméca dédommagés pour "préjudice d'anxiété"


Deux anciens employés de l'usine de Bordes vont se voir verser des indemnités de 1.000 et 800 euros.



La société Turboméca dispose d'un mois pour faire appel de ce jugement. (photo d'archives Guillaume Bonnaud)


Le tribunal des Prud'hommes de Pau a reconnu mardi un "préjudice d'anxiété" pour deux ex-salariés du groupe aéronautique Turboméca exposés à l'amiante au cours de leur activité professionnelle dans l'usine de Bordes (Pyrénées-Atlantiques).

"Il s'agit d'une décision très importante sur le principe, même si les indemnités versées - 1.000 euros pour l'un, 800 euros pour l'autre, sont modestes" a estimé Jean-Louis Barthes, responsable des questions d'amiante à la CGT.

Selon lui, le préjudice d'anxiété, "reconnu par la Cour de cassation en juin 2010", traduit l'inquiétude dans laquelle vivent les salariés qui ont été exposés à un cancérogène, du seul fait qu'ils se savent susceptibles de développer une maladie, sans que celle-ci soit déjà présente.

C'est la situation des deux retraités qui ont ouvert cette procédure contre Turboméca. Ils ont obtenu, par ailleurs, que l'entreprise soit mise en demeure de leur délivrer une "attestation d'exposition à l'amiante", un document qui leur ouvre la voie à un suivi médical particulier.

Les deux ex-salariés ont été exposés à l'inhalation de poussières d'amiante dans le service de traitement thermique de l'usine Turboméca de Bordes, dans les années 1960-1990, avant la fermeture de cette unité en 2009, a indiqué Jean-Louis Barthes.

La société Turboméca dispose d'un mois pour faire appel de ce jugement.



TURBOMECA
 
Retourner au contenu | Retourner au menu